Ram releva le défi


« Tu es peut-être capable de grimper aux arbres, mais je parie que tu ne peux pas grimper à ce poteau électrique! »

Les petits amis de Ram, qui étaient pleins d'admiration pour son intrépidité, lui désignèrent un poteau en acier que l'on venait de mettre en place. C'était un support pour la ligne électrique qui acheminait le courant, depuis le grand centre hydro-électrique sur la rivière Krishma, vers les régions reculées d'Andhra Desa, une région de l'Inde.

« Bien sûr que je peux, mais vous savez que le Tahseldar (chef du village) nous a interdit de grimper à ces poteaux parce que c'est dangereux. »

« Ram a peur! Ram a peur! Ram peut grimper jusqu'au sommet d'un palmier, mais il ne peut pas grimper à un petit poteau électrique », crièrent en choeur les enfants.

Cette fois, c'en était trop pour Ram. Il ne voulait pas faire quelque chose de défendu, mais il avait une réputation à maintenir. La renommée peut être un véritable tyran et a besoin d'être entretenue par des prouesses de plus en plus remarquables, et Ram tenait trop à la popularité qu'il s'était nouvellement acquise pour la perdre sans faire un effort.

« Vraiment? Eh bien! regardez! »

Il se mit à grimper au poteau. Les enfants s'étaient rassemblés au pied et le regardaient, le souffle coupé. Ram était leur héros. Il pouvait tout faire. Même les garçons plus âgés n'avaient pas essayé cela. La défense du Tahseldar ajoutait à l'émotion. Ram grimpait au poteau dangereux.

Il allait de plus en plus haut. Il était presque au niveau des isolateurs. Maintenant il y était! Les enfants se mirent à danser et à crier de toutes leurs forces. Soudain il y eut un éclair aveuglant. Les étincelles jaillirent! Ram jeta un cri perçant, puis tomba par terre, le corps en flammes.

Les enfants se sauvèrent en pleurant et criant: « Ram est mort! Ram est mort! Il a été tué par un éclair du poteau électrique. »

Les villageois accoururent à l'endroit où il se trouvait et éteignirent le feu. Bientôt son père arriva. Les larmes coulaient sur ses joues quand il prit dans ses bras la forme apparemment sans vie et la serra contre lui. Soudain il leva la tête et se mit à crier: « Il n'est pas mort! Il respire! Qu'est-ce que je dois faire? 0 Ram, mon fils, ne meurt pas! Qu'est-ce que je vais faire? »

« Apportez-le aux médecins de l'hôpital missionnaire », suggéra le Tahseldar, qui était arrivé pour voir quelle était la cause de cette agitation. « Si quelqu'un peut faire quelque chose pour lui, c'est bien eux. »

Voilà pourquoi le repas du Dr Eden Smith fut interrompu, et voilà aussi pourquoi Ram vint à l'hôpital adventiste de Nuzvid.

Le Dr Smith fit rapidement une piqûre pour calmer la douleur et ordonna de radiographier Ram pour voir s'il avait des fractures. Puis, le petit patient installé dans la salle d'opération, il nettoya soigneusement les parties sales et enleva la peau boursouflée par les ampoules et la chair brûlée. Ram fut placé dans la grande salle de l'hôpital et le docteur utilisa pour lui les méthodes de traitement les plus modernes.

L'état de santé de Ram s'améliora de jour en jour. La douleur disparaissait, et ses brûlures diminuaient de surface, tandis que son appétit grandissait. Son père venait tous les jours et passait la plus grande partie de son temps avec lui. Il lui apportait la meilleure nourriture qu'il trouvait. Rien n'était trop bon pour son fils. Son père ne le gronda même pas pour être monté au poteau électrique. Comme Ram aimait son père! Il aimait aussi les infirmières qui étaient très gentilles avec lui. L'hôpital était un endroit agréable.

Un jour, le père de Ram, Nagabushnum, vint voir Rajah Rao, le pasteur de l'hôpital, et lui dit qu'il désirait devenir chrétien et être baptisé.

Maintenant, Ram et ses frères et soeurs fréquentent une école chrétienne; leur père, après avoir été baptisé, a demandé de travailler à l'hôpital, où son visage heureux et ses paroles joyeuses sont une joie et une inspiration pour beaucoup.