Dans les mains du maître


Notre leçon d'aujourd'hui, mes enfants, nous parle d'un homme de bien qui guida merveilleusement les enfants d'Israël à une époque où leurs ennemis leur faisaient traverser de grandes difficultés.

Gédéon n'était qu'un jeune homme, très humble, timide et plein de crainte à la pensée de devenir chef. Mais Dieu lui parla par l'intermédiaire d'un ange qui lui apparut, et Gédéon devint alors un chef puissant. La manière dont Dieu peut amener même les personnes faibles et timides à accomplir une grande oeuvre pour lui est absolument merveilleuse. Si nous sommes humbles et laissons Jésus contrôler nos vies, il n'y a pour ainsi dire pas de limite à ce que Dieu peut accomplir par notre intermédiaire.

Cette histoire nous parle d'un violoniste illustre. C'était un musicien mondialement connu et réellement un maître dans l'art de jouer du violon. Il arriva un jour dans une grande ville d'Amérique pour y donner un récital. De la publicité avait été faite, les journaux avaient parlé de lui et, bien avant l'heure du concert, un grand nombre de personnes étaient déjà assemblées dans la salle du grand bâtiment où il devait se produire.

On avait annoncé que ce violoniste célèbre jouerait sur un violon d'une valeur de dix mille dollars. Naturellement, tout le monde était impatient, non seulement d'entendre jouer cet homme célèbre, mais encore d'entendre le violon de dix mille dollars. Quand il arriva sur la scène, l'auditoire observait un silence respectueux. Il s'inclina pour saluer, le violon à la main, et se mit à jouer. Sa main experte fit jaillir des cordes du violon les sons les plus doux et la musique emplit cette grande salle de sa magnifique mélodie. L'auditoire écoutait avec émotion et plaisir. Quand l'artiste eut terminé, un tonnerre d'applaudissements exprima combien avait été apprécié son jeu magistral. Il s'avança, fit un salut de la tête pour remercier les personnes présentes et alors, à la plus grande surprise de tous, saisit son violon avec ses deux mains, le tint à bout de bras, leva un de ses genoux et, d'un coup sec, le brisa en plusieurs morceaux contre son genou.

Naturellement, les auditeurs sursautèrent. Ils étaient stupéfaits.

Pourquoi mettait-il en pièces son merveilleux violon? Il lui avait permis de jouer une si belle musique! Maintenant, regardez-le! Les morceaux de l'instrument désormais inutilisable gisaient éparpillés sur le plancher. L'auditoire ne pouvait comprendre pourquoi il avait fait cela. Puis, du pied, il écarta les morceaux, se dirigea vers un côté de la scène et prit sur une table un autre violon. En le tenant et en regardant l'assistance, il dit: « Voici, mes amis, le violon de dix mille dollars. Les morceaux que vous voyez par terre sont ceux d'un violon de deux dollars que j'ai acheté aujourd'hui dans une boutique bon marché d'une des rues de votre ville. »

Alors ses doigts habiles saisirent l'archet de son violon de dix mille dollars et il joua à nouveau. Oui, c'était encore une musique magnifique; une mélodie réellement merveilleuse s'élevait de son violon précieux et l'auditoire enthousiasmé écoutait respectueusement.

Ce qu'il y a de plus extraordinaire dans cette expérience, c'est la musique surprenante que produisait ce violon de deux dollars. Nous devons nous souvenir que, dans les mains d'un grand musicien, même un instrument bon marché peut produire une musique merveilleuse, magnifique. Cela nous donne une leçon, à nous qui vivons maintenant, parce que bien souvent, comme Gédéon autrefois, nous sommes craintifs et timides. Nous avons souvent le sentiment d'être incapables de quoi que ce soit, de nous trouver sans appui, peut-être comparables à un violon de deux dollars. Mais rappelons-nous, mes enfants, que dans les mains du Maître, nous aussi nous pourrons être capables de faire des choses merveilleuses pour Jésus. Et, de même que ce pauvre violon de deux dollars donnait une musique merveilleuse quand il était dans les mains du maître, de même, nous aussi, si nous sommes dans les mains du grand Maître de la vie, nous pouvons faire pour Dieu des choses merveilleuses. Plaçons-nous toujours dans les mains de ce Maître.