Suivez-vous le bon plan?


Noé avait suivi exactement les instructions de Dieu, si étranges qu'elles fussent. Il est facile d'obéir à des ordres qui s'harmonisent avec nos propres désirs. Mais la véritable soumission, c'est de suivre une voie qui nous semble difficile, en particulier quand elle s'oppose à nos propres désirs.

Un jour, un homme fit venir son fils dans son bureau et lui annonça qu'il partait en voyage pour une longue période, durant laquelle il le chargeait de veiller à la création d'une grande ferme de rapport. Les plans en avaient déjà été établis, l'argent déposé à la banque et les ouvriers soigneusement choisis. En contrepartie, le fils devait recevoir un salaire généreux. Peu de temps après, le père partit et le fils se mit au travail.

La première chose à envisager était la construction de la maison d'habitation. Elle devait être située sur une éminence dominant les méandres d'un joli ruisseau. Cet endroit plut énormément au jeune homme chargé de la construction. Il examina soigneusement les plans et approuva tous les détails: les dimensions des pièces, les matériaux employés, tout l'enthousiasmait. La maison fut donc construite en parfaite harmonie avec les plans laissés par le père de famille. Ensuite venaient les étables. Le fils en examina tous les détails et les approuva. Les étables furent donc construites selon les plans paternels. Il en fut de même pour la grange, le garage, les silos, la resserre à outils. Ensuite il fallut dessiner le jardin d'agrément, le potager et le verger. Tout fut fait en accord avec la volonté du père.

Mais quand le fils en vint au creusement du puits, il s'aperçut que son père l'avait prévu près de la maison. Or, pensa-t-ll. la maison demande beaucoup moins d'eau que le bétail. Il serait plus facile de monter à la maison un peu d'eau, plutôt que d'en descendre une grande quantité dans les étables. Il fit donc creuser le puits près de celles-ci. Le temps s'écoula et le père revint. Bien entendu, sa première question fut:

- Alors, mon fils, où en est le projet que je t'avais confié? Chaque chose a-t-elle été faite selon mes instructions?

- Oui, répliqua le fils, tout est terminé et je t'ai obéi à la lettre.

- Très bien, répondit le père. Il y a des années que je désirais cette ferme et le jour est enfin venu où mon rêve est réalisé. Mettons-nous en route immédiatement, j'ai hâte d'y être. Le père pouvait en effet être satisfait. Il examina la maison et toutes ses dépendances, tout répondait à ses voeux. Mais, tout à coup, arrivant à un angle de la maison, il demanda:

- Où est le puits?

- En bas, près des étables, dit le fils. Vois-tu, après avoir bien réfléchi, j'ai pensé que ce serait plus pratique de l'avoir là-bas, car il faut beaucoup d'eau pour le bétail.

Le père parut alors très triste.

- Mon fils, tu n'as rien fait de ce que je t'avais dit.

Fort étonné, le fils répliqua: Pourquoi dis-tu cela, père? Est-ce que la maison et tout le reste n'a pas été construit d'après tes plans ?

- Non, mon fils, rien n'est en accord avec mes plans.

- Que veux-tu dire? demanda le jeune homme stupéfait.

- Eh bien, voici: je t'ai confié la réalisation de dix projets, que j'avais soigneusement établis, de sorte qu'ils répondaient exactement à mes désirs. Et tu avais promis de les exécuter scrupuleusement!

- Mais, mon père, interrompit le fils, est-ce que neuf projets ne t'ont pas donné entière satisfaction?

- Oui, mais ce n'étaient plus mes plans, c'étaient les tiens. Tu as examiné comment j'avais envisagé la construction de la maison et, comme tu l'approuvais, tu l'as fait construire de cette façon. Il en fut de même pour les jardins, les étables, les silos. Tes idées s'harmonisèrent avec les miennes sur neuf points, mais quand tu en vins au puits, nos idées commencèrent à diverger. Qu'as-tu choisi alors, la tienne ou la mienne?

- Mais regarde autour de toi, père.

- Oui, je vois qu'aussi longtemps que nous avons été d'accord, personne n'aurait pu dire quels plans tu suivais, les tiens ou les miens. Mais quand nous en vînmes à différer, il devint évident que tu avais choisi les tiens parce que tu les jugeais préférables. Le fait que tu aies changé le seul que tu n'approuvais pas montre que tu aurais changé aussi les autres s'ils ne t'avaient pas convenu. Pour moi, c'est donc comme si tu ne m'avais obéi en rien.

Oui vraiment, il est facile d'obéir quand tout va selon nos voeux, mais Noé se soumit complètement et de tout son coeur, malgré toutes les difficultés qu'il rencontra pendant cent vingt ans.